« Qualité ou quantité » est un faux problème en Content Marketing

« Qualité ou quantité » est un faux problème en Content Marketing

Sur le blog de votre entreprise… mieux vaut-il produire de la qualité ? Ou de la quantité ?

La question divise la communauté marketing depuis longtemps.

D’un côté, les adeptes de la quantité dans le content marketing nous ont montré comment, grâce à des systèmes simples, un seul individu peut produire rapidement et massivement des contenus quotidiennement.

De l’autre côté, les partisans de la qualité soulignent à raison que produire en masse des contenus qui ne marchent pas… eh bien, cela revient à alimenter un feu de cheminée avec de la paille.

Si la question divise autant, c’est que, de part et d’autres, on retrouve des arguments très justes.

Sans tous les lister :

⇒ Produire des contenus en quantité, tous les jours, nous force à nous améliorer et à tenir un rythme de production… au lieu de passer plusieurs semaines sur un contenu “parfait” (qui ne sera jamais publié puisqu’il restera toujours une retouche possible).

⇒ Dans le contexte actuel de surinformation et d’avalanche des contenus, la qualité est le seul moyen de se différencier suffisamment pour être visible : il faut viser plus haut et créer des contenus exceptionnels qui sortent de la mêlée.

⇒ Le content marketing est un jeu de nombre : la raison pour laquelle les résultats mettent du temps à apparaître est qu’il faut avoir une quantité suffisante de contenus en place.

⇒ Les contenus de faibles qualité (pseudo édito, sujets rattachés, etc.) n’ont aucune chance d’obtenir des visites et des résultats.

Etc.

Difficile de choisir son camp, d’autant plus quand des benchmarks et des études de cas montrent le succès de l’une et l’autre de ces approches.

“Très intéressant. Mais alors que choisir pour notre blog d’entreprise ?”

Je pense sincèrement que “Qualité ou Quantité” est un faux problème.

Ce n’est pas une question de qualité ou de quantité mais de stratégie

La question “Qualité ou quantité” est très intéressante sur le plan théorique : elle nous force à réfléchir et à remettre en cause les types de contenus que nous produisons ou encore les approches que nous avons adoptées.

Mais, sur le plan opérationnel (le plan du concret et des résultats qui justifient que l’on fasse du marketing), je pense que cette question n’a pas sa place.

Et que vous devriez plutôt la remplacer par ces 3 questions.

1/ Quel est le contexte ? (Nos cibles, leurs modes de consommation du contenu, la concurrence qui s’adresse à eux, etc.)

2/ Quels sont nos objectifs ? (Les résultats à atteindre, l’échelle de temps, les conséquences, etc.)

3/ Quelles sont nos ressources ? (Celles dont nous disposons, celles que nous pourrions éventuellement obtenir, etc.)

Ce sont vos réponses à ces trois questions qui vont déterminer la forme, le rythme, la qualité et la quantité du contenu que vous allez produire.

Comment ?

Eh bien, c’est justement le rôle de la stratégie de contenu : définir un plan d’action en fonction du contexte (le niveau de difficulté), de vos objectifs (vos attentes de résultats) et de vos ressources (les moyens que vous êtes prêts à déployer).

Construire une stratégie de contenu – la version courte

Construire une stratégie de contenu est un peu comme construire un château de cartes.

Vous ne pouvez pas poser les cartes une à une, en espérant qu’elles se suspendent dans l’air le temps que vous alliez chercher la carte suivante. Vous avez besoin de poser plusieurs cartes en même temps, les unes contre les autres. Puis, si nécessaire, de les ajuster pour vous assurer qu’elles tiennent ensemble.

C’est la même chose pour votre content marketing.

Posez toutes les cartes puis voyez ce qu’il faut ajuster.

“Ok, vu les contenus qui existent déjà sur le sujet sur la toile, on arrivera à rien si on ne frappe pas un grand coup avec des contenus top qualité.”


“Hum… on pourrait peut-être revoir notre cible ? Viser une cible légèrement différente ? Ou à un autre moment de son parcours d’achat ?”


“Avec ces ressources, et les contenus qu’elles permettront de produire, il faudra au mieux 18 mois pour obtenir des résultats. A nous de voir si l’on investit davantage ou si l’on revoit le calendrier des objectifs.”

C’est un jeu de variables, sur lesquelles vous avez la main.

Soyez créatif et voyez ce que vous pouvez modifier dans la situation actuelle pour créer un château robuste sur les 3 critères :

  • Vos cibles
  • Vos objectifs de résultats
  • Les ressources que vous allez déployer

L’article n’a pas répondu à votre question ? Posez-la moi, je vous réponds gratuitement

Vous repartez avec une réponse personnalisée, et moi avec une occasion de compléter cet article.

Poser votre question